chouchen breton hydromel dieux

Le chouchen breton est-il l’hydromel des dieux ?

Le débat fait rage entre les producteurs et les amateurs d'alcool de miel. Le chouchen breton est-il de l'hydromel ? Quel lien y a-t-il entre ces deux breuvages sucrés et les dieux ? Nous démêlons pour vous le vrai du faux. 

L'histoire du chouchen breton

À l'origine du chouchen, il y a l'hydromel. C'est un fait qu'on ne peut nier. Tout comme à l'origine de Game of Thrones il y a Shakespeare et qu'avant Le Seigneur des anneaux il y a l'Edda poétique des scandinaves. L'origine de l'hydromel remonte à l'Antiquité. On en trouve des mentions, notamment dans les écrits de Pline l'ancien qui évoque la fabrication d'une boisson fermentée à base d'eau et de miel. C'est dans cette époque mystérieuse que nous devons donc nous projeter un instant. 

hydromel breton

Et les dieux créèrent l'hydromel

Le terme Hydromel vient du grec ancien et fut traduit en latin par "hydromeli" qui signifie littéralement "eau" et "miel". Si cet alcool de miel est vieux de plusieurs milliers d'années, c'est seulement pendant l'Antiquité qu'il connut un véritable âge d'or. 

À l'époque, grecs et romains vouaient un culte sans faille au panthéon de divinités de leurs croyances. Ainsi, Dyonisos et les autres dieux se délectaient de ce nectar qu'ils nommaient également ambroisie. Soucieux d'imiter leurs dieux pour toucher du doigt cette quintessence, les hommes buvaient l'hydromel. Avouez que de telles croyances trouveraient aisément des millions de fidèles de nos jours. 

Les celtes font voyager l'hydromel

L'hydromel étant le plus vieil alcool du monde, sa consommation ne se limita logiquement pas aux nations dominantes de l'Antiquité. Parmi les différentes peuplades, les celtes furent ceux qui propagèrent le plus sa renommée. Grands voyageurs, les celtes ont traversé une partie de l'Inde et de l'Europe de l'Est pour venir s'installer finalement en Gaule d'où le nom de Gaule celtique en référence à la langue parlée dans nos régions. 

C'est ainsi que nous plongeons dans les mythes de forêts enchantées, du petit peuple et autres fées malignes. Légendes et textes historiques se confondent et portent jusqu'à notre époque des légendes druidiques. On raconte que les druides, gardiens du savoir, arrosaient leurs victimes d'hydromel pour satisfaire les dieux. Les Gaulois étaient polythéistes et vénéraient ainsi de nombreuses divinités. Ils accordaient des pouvoirs aux objets et il n'est pas difficile d'imaginer les rituels païens menés par les druides tant l'imaginaire celtique est fort. 

Malheureusement, l'hydromel subira malgré lui les dommages collatéraux de l'avènement du catholicisme. 

L'Église fait disparaître ce nectar de miel

Alors que l'Empire romain d'Occident déclinait lentement, la religion catholique remplaçait habilement, mais pas forcément subtilement les croyances païennes. En Gaule, elles parvinrent à supplanter assez facilement les préceptes druidiques. Les paroles meurent et les écrits restent. Et les Chrétiens, eux, avaient des scribes pour retranscrire la légende. Celle du roi Arthur est d'ailleurs fortement influencée par l'Église malgré la présence du druide Merlin. Une belle manière de faire adhérer les peuples à ce nouveau dogme. 

Ainsi, l'hydromel dut laisser la place au vin, boisson utilisée par les catholiques lors des messes. En quelques décennies, l'hydromel disparut quasi totalement. 

La naissance du chouchen breton en 1920

Malgré la main-mise de l'Église catholique sur toute la France, une terre d'irréductibles gaulois résistait encore et toujours à l'envahisseur. En Bretagne, vers le XVe siècle, la volonté d'assumer son indépendance était plus forte que jamais. Et c'est d'ailleurs de cette période que date le plus ancien texte mentionnant le chouchen. Il s'agit d'un dictionnaire, le Catholicon, imprimé à Tréguier. Il fut donc certainement consommé localement sans pour autant s'inviter aux grandes tables.

Il faudra finalement attendre 1920 pour que l'appellation "Chouchen" soit officialisée par Joseph Postic, négociant de Rosporden, qui déposa le nom. 

Dès lors, le précieux alcool de miel devint une boisson identitaire, symbole de l'éternelle soif d'indépendance du peuple breton. 

La fabrication du chouchen, l'hydromel breton

Le chouchen breton se confond souvent avec l'hydromel, car ils sont tous deux des alcools de miel comptant certainement parmi les plus naturels du monde. Toutefois, le chouchen se différencie par les ajouts faits à la préparation. 

La fabrication du chouchen se veut relativement simple et les ingrédients sont réduits :

  • du miel
  • de l'eau de source
  • du jus de fruits (pomme le plus souvent) pour les levures
  • éventuellement l'ajout de levures supplémentaires
  • des épices pour la personnalisation des saveurs

chouchen breton

Les ingrédients réunis, il faut mélanger le miel et l'eau pour obtenir le moût. Si le miel de sarrasin était utilisé majoritairement autrefois, la céréale étant très présente en Bretagne, on lui préfère aujourd'hui un miel plus doux. Les producteurs de chouchen breton ajoutent ensuite un mélange d'épices tenu aussi secret que la potion magique du druide Panoramix. C'est ainsi qu'il existe de multiples variétés de ce breuvage. 

Puis les levures sont ajoutées, sous la forme de jus de pomme (naturel) le plus souvent. L'ensemble est chauffé, puis conservé dans des cuves pour laisser la fermentation transformer le sucre en alcool pendant 15 jours environ. 

Le chouchen vieillit ensuite en fûts pendant des mois avant d'être filtré et mis en bouteille. 

5 choses à savoir sur le chouchen breton

À l'image des bretons, le chouchen n'a pas fini de vous surprendre. 

Il existe des chouchens secs

Et oui ! Le chouchen n'est pas forcément liquoreux. Selon son degré de sucrosité, il peut très bien être considéré comme "sec".

Le nom Chouchen(n) divise encore

Ce qu'il y a de fascinant en Bretagne, ce sont les guerres de clochers. À peine les bretons posent-ils un pied en dehors de leur région qu'ils scandent haut et fort leur appartenance et festoient avec les inconnus tant qu'ils affichent cette identité commune. Mais de retour au pays, un patelin en défie un autre. Il n'est donc pas rare de voir des producteurs appeler l'alcool de miel "chouchenn" et non "chouchen". Dans la pays Gallo (en Haute Bretagne), il arrive qu'on l'appelle "chamillard". Certains ont même créé une déclinaison à base de cidre : le chufere. 

Le chouchen fait tomber en arrière

Si vous croisez un breton avec du chouchen, il vous dira probablement en riant que le chouchen fait tomber à l'envers. Cette légende qui n'en est pas réellement une prend sa source dans les anciennes techniques de fabrication. La récolte du miel étant plus rustique, de nombreuses abeilles étaient mélangées et broyées dans le moût. Leur venin se mélangeait au breuvage et attaquait le cervelet, organe responsable de l'équilibre. Bon, après cinq bouteilles, on tombait simplement ivre...

Le chouchen et le kir celtique 

Les bretons aussi ont leur kir. Ils le nomment le kir celtique et il s'agit d'une institution. Un trait de liqueur de fruit rouge (mûre, cassis, fraise...), une larme de chouchen et du cidre breton. Un vrai régal pour les papilles ! 

Chaud ou froid

Le chouchen se déguste généralement froid en apéritif. On peut toutefois le boire chaud en hiver avec une bonne crêpe au beurre. 

2 chouchens bretons artisanaux étonnants et détonnants

Alors maintenant que vous en savez plus sur le chouchen, il semble évident que vous souhaitez le goûter. Et pas n’importe le quel ! Le chouchen breton est une boisson traditionnelle et il est normal de boire celui réalisé par les petits producteurs locaux. 

chouchenn breton

Le chouchenn Nektaruz

Installée à Dinard, à deux pas de la cité corsaire, la cave le dragon rouge est spécialisée dans la fabrication de chouchen breton. Le producteur aiment l'histoire de Bretagne, car le fameux dragon rouge, avant d'être l'emblème du Trégor, était un symbole fort des soldats bretons. En effet, ils ont repris ce symbole aux guerriers de l'ancienne Iran qui effrayaient leur ennemis avec des étendards de dragons qui claquaient au vent. Arthur, le célèbre roi breton combat d'ailleurs un dragon rouge avec Saint Efflam dans la baie de Plestin. 

C'est donc un alcool de miel chargé d'histoire que nous propose la cave du dragon rouge avec son chouchenn Neltaruz. Fabriqué avec une fermentation lente et l'ajout de fruits rouges, il offre une longueur en bouche très intéressante et une note douce de porto.

Le chouchenn Origine

Avec son chouchenn Origine, le dragon rouge nous offre un alcool unique nommé hydromel de Bretagne en référence aux dieux anciens. La bouteille est une merveille qu'on souhaiterait presque boire comme un pirate en arrachant le bouchon avec les dents avant de le cracher sur le plancher d'une taverne. On imagine assez bien Soldat Louis nous chanter un Pavillon noir pendant qu'on déguste ce surprenant chouchenn. 

Vous l'avez compris, le chouchen(n) breton est une institution. Il est le fruit de passionnés d'histoire et d'alcool de miel. Ses saveurs délicatement sucrées et les nombreux arômes portés par les différentes épices sélectionnées par les producteurs permettent de ravir tous les palais. 

Article précédent
Article suivant

Laissez un commentaire

Fermer (esc)

Popup

JJOKJX

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique